QU'EST-CE QUE L'ŒIL ?

01

L’œil

L’œil est comparable à un appareil photo ou à une caméra numérique. La lumière passe par la pupille formée par l’iris (le diaphragme de la caméra). Elle traverse la cornée et le cristallin (l’objectif de la caméra) qui dévient les rayons lumineux pour les focaliser sur la rétine (le film photographique ou le récepteur numérique). Le cristallin peut modifier sa puissance pour permettre la mise au point (focus de la caméra).
La rétine (film ou récepteur numérique) transforme la lumière en impulsions électriques qui seront transmises par le nerf optique (câble) au cerveau (ordinateur) qui intègrera le message optique en produisant la vision.

Jusqu’à la rétine c’est de l’optique :

  • La transparence est nécessaire ; la cataracte est la perte de transparence du cristallin.
  • Une bonne réfraction c-a-d une bonne convergence des rayons lumineux sur la rétine est indispensable pour une vision nette ; myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie sont les troubles principaux de la réfraction. On parle aussi d’amétropie.
  • Les troubles de la réfraction peuvent être corrigés par des lunettes ; la puissances des verres de lunettes s’expriment en dioptries. Par exemple une myopie de 5 dioptries est corrigée par un verre divergent de -5 dioptries, une hypermétropie de 3 dioptries sera corrigée par un verre convergent de +3 dioptries.

A partir de la rétine c’est de la neuro-biologie avec :

  • transformation du signal lumineux en impulsions électriques et stimuli nerveux (rétine)
  • transmission des stimuli nerveux par le nerf optique puis les voies optiques jusqu’au cerveau
  • interprétation du message optique par le cerveau où se réalise la vision

Une bonne vision nécessite une bonne optique de l’œil et une bonne « neurovision ».

La performance visuelle d’une personne est mesurée par l’acuité visuelle :

  • En vision de loin lors d’un test de reconnaissance de lettres de taille de plus en plus petites. Cette acuité visuelle de loin s’exprime en dixième.
  • En vision de près par un test de lecture de texte de taille de lettres de plus en plus petit. Cette acuité visuelle de près s’exprime en Parinaud (Pa).

Par exemple Monsieur L., 30 ans, présente une acuité visuelle sans correction de 5/10, Pa 1.5 (mauvaise vision de loin et bonne vision de près), avec une correction de sa myopie par un verre de -1.50 D (Dioptrie) sa vision est de 10/10 Pa 1.5 (bonne vision de loin et bonne vision de près).

Par exemple Madame P., 55 ans, présente une acuité visuelle sans correction de 10/10, Pa 4 (bonne vision de loin et mauvaise vision de près), avec une correction de sa presbytie par un verre de +2.25 D sa vision de prés devient Pa 1.5 (bonne vision de près).

Par exemple Monsieur B., 75 ans, présente même avec ses meilleures lunettes une acuité visuelle de 5/10 Pa 2 (mauvaise vision de loin avec vision de près correcte). Il n’est pas corrigeable complètement corrigé par les lunettes. L’examen révèle une cataracte c-à-d un défaut de transparence du cristallin.

02

Cornée et Cristallin

les composants optiques de l’œil

Avant d’arriver à la rétine les rayons lumineux traversent deux lentilles :

  • La cornée
  • Le cristallin

LA CORNÉE

La cornée est un hublot en avant de l’œil. Elle est constituée par un ligament transparent. Elle est courbe et responsable des 2/3 de la puissance optique de l’œil. Sa courbure et donc sa puissance optique sont stables en dehors d’un geste chirurgical. Son épaisseur est de l’ordre du demi-millimètre. Elle est couverte par un film aqueux, les larmes étalées par le battement des paupières.

La chirurgie réfractive au niveau de la cornée modifie la courbure de celle-ci en respectant sa transparence ; cette modification de courbure se fait aujourd’hui par laser et toujours par ablation de tissu.

On enlèvera du tissu au centre pour aplatir la cornée et diminuer sa puissance en cas de myopie, en périphérie pour bomber la cornée et en augmenter la puissance en cas d’hypermétropie ou enfin en aplatissant un axe ou en bombant son correspondant pour transformer un ballon de rugby en ballon de football en cas d’astigmatisme.

Après ces traitements la cornée doit garder une épaisseur suffisante pour garder sa forme régulière.

Cette chirurgie reste sur une tunique de l’œil sans pénétration dans l’œil ce qui est une sécurité.

LE CRISTALLIN

Le cristallin est une lentille située dans l’œil en arrière de l’iris et de la pupille. Il est maintenu par des fibres (la zonule) qui ancre sa circonférence à la paroi de l’œil par les muscles ciliaires.

Le cristallin est responsable d’1/3 de la puissance optique de l’œil.

L’accommodation est la possibilité qu’a le cristallin de varier sa puissance selon la distance de l’objet regardé. Sa puissance est variable grâce à la contraction du muscle ciliaire qui modifie la courbure du cristallin. Cette modification du focus permet d’avoir une vision nette de loin ou une vision nette de près selon la distance de l’objet regardé.

Avec l’âge le cristallin perd progressivement sa souplesse et la possibilité de varier sa courbure et sa puissance pour la vision de près ; c’est la presbytie.

Sa perte de transparence est la cataracte.

Dans le cadre de la chirurgie du cristallin on ne sait pas modifier la courbure du cristallin existant. Cependant, on sait enlever le cristallin et le remplacer par une lentille intra-oculaire (cristallin artificiel) transparente bien sûr et de puissance adaptée à l’œil. C’est le « geste » de la chirurgie de la cataracte.

Cette chirurgie intra-oculaire expose à plus de complication que la chirurgie de la cornée.